Moustapha Baidi Oumarou

Moustapha Baidi Oumarou est né en 1997 à Maroua, au Cameroun.

Artiste autodidcacte, Moustapha Baidi se passionne très tôt pour la peinture et commence par exposer ses premiers travaux dans sa ville natale. À seulement 17 ans, il se voit décerner le 3ème prix d’arts plastiques du festival de Maroua au Cameroun, qui marquera le début de sa carrière prometteuse.

 

Le regard idéaliste, conscient et empreint d’humanisme de Moustapha Baidi Oumarou se reflète sur ses toiles, qu’il peint majoritairement en utilisant des pigments, de l’acrylique, et des stylos. L’artiste met en scène des personnages immobiles, toujours dépourvus de visages, entourés de fleurs ou de végétation, et éclairés par un contraste marqué par le choix des couleurs vives.

Moustapha Baidi Oumarou explore le thème de la végétation et de la nature dans ses toiles, lui conférant une signification symbolique. Pour l’artiste, l’humain s’est progressivement éloigné de la nature, perdant ainsi une connexion vitale avec son environnement originel et une part essentielle de son identité, avec lesquels il nous invite à renouer à travers la toile.

Les œuvres de Baidi ne se limitent pas seulement à cette réflexion sur la relation entre l’homme et la nature, mais  interroge aussi avec subtilité et profondeur les relations humaines sous diverses facettes : les liens entre les individus, les dynamiques complexes et simples à la fois qu’elles concernent les relations hommes-femmes, familiales, ou celles qui tissent le tissu social dans son ensemble.

Malgré le portrait qu’il brosse d’une société difficile et déshumanisée, Moustapha Baidi Oumarou garde une vision idéaliste, et son optimisme finit toujours par reprendre le dessus sur ses œuvres.  L’artiste cherche avant tout à transmettre un message prônant l’unité, plaidant pour un monde décloisonné où la diversité est une richesse plutôt qu’un facteur de discordes.

Moustapha Baidi Oumarou a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles et collectives à travers le monde, en France, en Suisse, à Londres, aux États-Unis et en Afrique du Sud, et ses œuvres ont intégré de prestigieuses collections, dont celle de la Fondation Blachère (France), de la Collection Chris Moser (Autriche), et de la Fondation Gandur (Suisse).

L’artiste vit et travaille à Maroua.

Réécrire le monde
27 février – 30 mars 2024
Translate »